Interview d’Elsie Fantino

By Andy Costanza / On / In News

Voici l’interview de notre 44ème participante aux accents du sud de la France. Bonne lecture

Tout d’abord, pourrais-tu te présenter? Qui es-tu et d’où viens-tu?

Elsie FANTINO (), je suis photographe professionnelle à mon compte depuis un an et demi. Auparavant, j’ai travaillé comme responsable projets plurimédias en agence de communication et j’intervenais aussi en appoint pour la prise de vue (photo et vidéo).

© Elsie Fantino
© Elsie Fantino

Quel est ton parcours et comment es tu devenue photographe?

Mon père avait un appareil photo réflexe datant d’après-guerre. Lorsque j’ai voulu commencer à faire des photos, vers l’âge de 7-8 ans, ses explications techniques m’ont apparues terriblement compliquées, j’ai donc attendu quelques années pour m’acheter un appareil plus récent, un compact Konica en 1982. A partir de là j’ai commencé vraiment à m’amuser, sans trop compter les pellicules, parce qu’à l’époque il y avait déjà des pellicules « discount » à 35 francs.
Lorsque je suis allée à la Faculté, à Nice, il y avait un partenariat entre l’Université et l’ESRA (Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle), nous permettant de valider des modules par cours du soir. J’ai donc appris les rudiments du métier de caméraman (cadreur-monteur).
Par la suite, je me suis mariée avec un passionné de photo qui a été membre et animateur du club photo de son lycée. Dans notre entourage, il y avait aussi des professionnels de la prise de vues que j’appréciais. De temps à autres, j’allais sur les lieux de tournage. Cela m’a permis d’avoir un autre regard sur le métier.
Arrivée en Ardèche, en 2003, j’ai pris énormément de photos. Lors d’une crue, j’ai réalisé un time-lapse en vidéo, ce qui a donné l’idée à mon conjoint de réaliser de petits diaporamas documentaires sur la région, auxquels j’ai participé.
Notre fille étant musicienne, j’ai aussi acheté une caméra amateur pour la filmer lors de ses sorties avec l’Harmonie. C’est là que j’ai commencé à monter mes permiers films. Ensuite c’est mon mari qui a pris le relais.
Après avoir arrêté de travaillé pour l’Éducation Nationale, en 2006, je suis devenue assistante de mon mari qui est devenu Photographe – Auteur, puis réalisateur audiovisuel. J’intervenait en appoint sur les prises de vues, ainsi que sur la post-production photo et le graphisme pour les jaquettes et centre des DVD.
Ensuite, j’ai travaillé en agence de communication pendant quelques temps avant de me mettre à mon compte.

© Elsie Fantino
© Elsie Fantino

Quels sont les domaines dans lesquelles tu t’es spécialisée et pourquoi ceux-ci?

Ma spécialisation vient de deux choses :
1. Mon intérêt pour l’événementiel (concerts, événements institutionnels)
2. La chance d’avoir connu le programme Google Visites Virtuelles pour les pros en 2012

Donc aujourd’hui, je travaille essentiellement avec les professionnels (ou assimilés) dans le cadre de la photo publicitaire et d’illustration.

© Elsie Fantino
© Elsie Fantino

Si s’était à refaire, ferais-tu les mêmes choix pour arriver là ou tu es en ce moment?

Avec des si on pourrait mettre le monde en bouteille, comme le dit si bien mon futur-mari. Je pense avoir un parcours de vie et, à fortiori, un parcours professionnel trop atypique pour pouvoir imaginer arriver là où je suis actuellement. De formation commerciale et juridique, je n’aurais jamais imaginé un jours devenir photographe professionnelle et conseillère en e-visibilité. Ce sont les hasards de la vie qui m’ont conduit à embrasser un métier que j’aime et qui me passionne. Je suis une éternelle débutante, il y a toujours des progrès à faire… dommage que les journées ne fassent que 24 heures.

© Elsie Fantino
© Elsie Fantino

Pour terminer, pourrais tu nous dire ce qu’il y a dans ton sac photo?

J’ai deux configurations différentes en fonction de l’activité.
Lorsque je suis en concert, j’apporte un boitier Nikon DX muni d’un objectif 24-70mm f/2.8 pour les prises de vues rapprochées et un boitier FF avec un 70-200mm f/2.8 accompagné parfois du doubleur de focale.
Lorsque je suis en prises de vues pour les entreprises, j’ai mon FF avec le 24-70mm f/2.8, un 70-300mm f/3.5/6.4, un boitier DX de secours, 2 flashes et déclencheurs radios à distance. J’ai aussi un SIGMA 8mm et une tête panoramique pour les visites virtuelles.

J’ai toujours un monopode et un trépied (voire deux) avec moi.

One thought on “Interview d’Elsie Fantino

Laisser un commentaire