Interview de Samuël Barberini

By Andy Costanza / On / In News

Fruit du hasard, c’est encore un ami avec qui j’ai partagé ma formation en photographie qui est le suivant participant au cadavre exquis 2015. Il est le 35ème photographe sur la liste des 52 participants.

Tout d’abord, pourrais-tu te présenter? Qui es-tu et d’où viens-tu?

Velainois, père de famille de 40 ans, kinésithérapeute principalement indépendant, je suis aussi mandataire politique local et judoka.
J’aime les rencontres entre amis, les longues discutions autour d’un bon repas ou d’un verre même si au final, on n’arrive pas à refaire le monde …
Le principal dans ces moments là est de partager entre amis ; -)

© Samuël Barberini
© Samuël Barberini

Quelle est ton parcours et comment es tu devenu photographe?

Comme je l’ai dis, j’ai toujours eu une activité principalement indépendante, un métier et une pratique sportive physiques.
Une vie fort remplie, je dois être quelque peu hyperactif.
J’ai éprouvé le besoin de faire une activité moins rude physiquement.
De plus tout le monde à la maison fréquentant l’académie, j’ai eu envie de m’y mettre aussi. Cherchant à exploiter l’acuité visuelle, la photographie semblait rencontrer tous mes désidératas

© Samuël Barberini
© Samuël Barberini

Quelles sont les domaines dans lesquelles tu t’es spécialisé et pourquoi ceux-ci?

Je ne me sens pas spécialisé dans un domaine en particulier mais pour l’instant, je travaille principalement avec des modèles.
J’aime exploiter les possibilités de la lumière et des ombres sur les courbes du corps humain. Peut-être aussi, peut-on y voir une corrélation avec mon métier de kiné

© Samuël Barberini
© Samuël Barberini

Si s’était à refaire, ferais-tu les mêmes choix pour arriver là ou tu es en ce moment?

Je commencerais l’académie beaucoup plus tôt mais pour le reste, non !

© Samuël Barberini
© Samuël Barberini

Pour terminer, pourrais tu nous dire ce qu’il y a dans ton sac photo?

Pas grand chose malheureusement. Il faudrait que je budgétise quelques achats.
Un Canon EOS 500D avec un 18-55 et un 70-200 très basiques

One thought on “Interview de Samuël Barberini

Laisser un commentaire