Interview de Julien Wallemacq

By Andy Costanza / On / In News

Après une semaine de vacances, je reprends les publications des interview et le suivi du cadavre exquis. C’est avec plaisir que je vous laisse découvrir l’interview de mon ami Julien avec qui j’ai partagé les cours de photographie pendant 2 ans. Il était notre 34ème photographe à participer au cadavre exquis 2015

Tout d’abord, pourrais-tu te présenter? Qui es-tu et d’où viens-tu?

Je m’appelle Julien Wallemacq, je vis à Sambreville et j’ai 27 ans.

© Julien Wallemacq
© Julien Wallemacq

Quelle est ton parcours et comment es tu devenu photographe?

Je suis inscrit à l’académie de Tamines depuis l’année scolaire 2000-2001 ( à 12 ans) et en photos depuis 2006-2007. J’ai été initier à la photo lorsque j’ai commencé mes études de communication graphique à l’IATA en 2004 (4e secondaire). En 2008 j’ai fais l’acquisition deux anciens appareils argentiques en état de marche que j’ai testé, et le résultat m’as agréablement surpris. Je participe également régulièrement à des concours photos

© Julien Wallemacq
© Julien Wallemacq

Quelles sont les domaines dans lesquelles tu t’es spécialisé et pourquoi ceux-ci?

Je cherche toujours à déformer la réalité dans mes photos et à toujours montrer quelque chose de différent de la vision humaine, pour cela j’utilise des formats carré, panoramique, des filtres,du grand angle, des surexposition, du sténopé,… Actuellement, je travaille principalement la photo via des expositions multiples avec mes anciens appareils argentique, je numérise les négatifs et je travail aussi beaucoup le sténopé numérique ou argentique.

© Julien Wallemacq
© Julien Wallemacq

Si s’était à refaire, ferais-tu les mêmes choix pour arriver là ou tu es en ce moment?

à refaire je changerai une partie de mes objectifs.

© Julien Wallemacq
© Julien Wallemacq

Pour terminer, pourrais tu nous dire ce qu’il y a dans ton sac photo?

En général il y a mon vieux 400d avec son bouchon pour sténopé( et quelques disques de fabrication maison), 3 ou 4 appareils en plastique de chez lomographie ou de brocante, quelques films et parfois mon eos 7D avec mon 50mm, mon filtre infrarouge et mon filtre dégrader.

© Julien Wallemacq
© Julien Wallemacq

One thought on “Interview de Julien Wallemacq

Laisser un commentaire