Après les grosses chaleurs de la semaine dernière, j’en profite pour publier l’interview de notre 30ème photographe à avoir participé au cadavre exquis.

N’oubliez pas de vous inscrire sur la liste des réservistes car les désistements suite aux grandes vacances commencent à m’arriver…

Tout d’abord, pourrais-tu te présenter? Qui es-tu et d’où viens-tu?

Je suis Stéphane Alleaume, quarante ans, palois depuis une quinzaine d’années et photographe amateur et profane

© Stéphane Alleaume
© Stéphane Alleaume

Quelle est ton parcours et comment es tu devenu photographe?

J’ai réellement commencer la photo, il y a 4 ans, pour la naissance de mon aînée. D’une manière assez anecdotique, mes parents m’avais offert un nikon F d’entrée de gamme quand j’étais au lycée. Mais je n’ai réussi à le garder que quelque mois puisqu’il a disparu pendant les vacances estivales.

Je suis arrivé à Pau par le biais d’un pote qui faisait du design et de graphisme. Ça fait donc 15 ans que je suis assez familier de l’image. Je m’y suis mis aussi avec photoshop, illustrator, Xpress.

Il y a une dizaine d’année, j’ai pris un virage logiciel en me mettant au libre. J’utilise exclusivement des logiciels libre pour le post traitement.

Après l’achat de mon premier reflex, j’ai fait un stage d’initiation. Ce qui m’a permis de me rendre compte que j’avais déjà acquis les bases depuis un bon bout de temps et que la photo de paysage n’était pas mon truc.

Depuis un an, je participe à un atelier dans une association et je commence à regarder ce que font les autres. Je me suis rendu compte qu’il fallait surtout que je pratique et que j’échange pour progresser.

© Stéphane Alleaume
© Stéphane Alleaume

Quelles sont les domaines dans lesquelles tu t’es spécialisé et pourquoi ceux-ci?

Aucun domaines de prédilection. En ce moment, c’est beaucoup de reportage sur des événements (concerts, fêtes de quartiers, marchés … ). j’ai fais pas mal d’urbex au début parce que je connaissais quelques
endroits vierges. Je reviendrais peut être au paysage (ce serait dommage de louper ça dans les Pyrénées et au pays basque). Pas trop d’architecture par défaut de belles infrastructures. Je n’ai encore pas fait de mise en scène mais je vais y venir pour une série d’autoportrait que j’ai en projet. Et surtout pas de composing qui pour moi n’est qu’une mode comme la désaturation partielle ou la clarté négative.

© Stéphane Alleaume
© Stéphane Alleaume

Si s’était à refaire, ferais-tu les mêmes choix pour arriver là ou tu es en ce moment?

Oui, exactement les même puisque le choix était déjà fait depuis longtemps (pour paraphraser l’oracle de la série Matrix). Je suis ce que je suis parce que j’ai eu ce parcours, donc je ne me lamente ou m’enorgueillis de mon parcours. Il est comme ça et c’est très bien.

© Stéphane Alleaume
© Stéphane Alleaume

Pour terminer, pourrais tu nous dire ce qu’il y a dans ton sac photo?

En ce moment et pour un bon bout de temps : un Nikon D7000, un Sigma 35mm f/1.4 ART et un 105mm f/2.8 macro. J’ai aussi dans un gourbi, un 10-20mm et un 50mm, trépied, réflecteur, télécommande, filtres divers et variés.

Et puis surtout, parce que beaucoup de gens l’oublient, une sonde pour l’écran. Plutôt qu’un gros PC, je me suis monté une bécane avec un petit core i3 parce que ça suffit amplement pour le développement. En cas de besoin, je prête ou je me fait prêter.

One thought to “Interview de Stéphane Alleaume (aka Watiz_X)”

Laisser un commentaire