Interview de Michel Verpoorten

By Andy Costanza / On / In News

Reprise des publications des mini-interview après un petit congé de paternité… J’avoue que les bibis toutes les 3 heures m’ont mis sur les rotules et que je n’avais plus le courage de m’occuper de ça.
J’ai maintenant repris des forces et voici donc l’interview notre 27ème photographe à avoir participé au Cadavre exquis

J’insiste encore sur le fait qu’il existe une liste de réserviste qui, je pense, va être fortement sollicité pendant ces grandes vacances. Donc n’hésitez pas à vous inscrire si vous avez envie de rejoindre l’aventure en cas de désistement d’un des 52 photographes sélectionnés

Tout d’abord, pourrais-tu te présenter? Qui es-tu et d’où viens-tu?

Bonjour,

Moi c’est bien entendu Michel ([icon name=facebook-sign]), j’ai 42 ans.

Je vis du coté de Ath et je suis graphiste / photographe à Bruxelles principalement.

© Michel Verpoorten
© Michel Verpoorten

Quelle est ton parcours et comment es tu devenu photographe?

Depuis mon enfance j’ai toujours été attiré par la pub.

Au départ je suis originaire de la région Liégeoise où j’ai commencé mes études de dessin, graphisme, pub et photo au milieu de mes études secondaires.

Je suis parti en 1993 à l’IRAM / St. Luc à Mons (actuellement l’HelHa) pour continuer mes études supérieures toujours dans la publicité et le graphisme avec quelques heures de photos dans le programme, ces domaines ne m’ont jamais quittés depuis l’âge de 15 ans en fait.

Quand j’ai commencé à travailler je me suis plus tourné vers la pub et le graphisme en laissant tomber la photo pendant pas mal de temps.

Je m’y suis remis tout doucement il y a environs 5 ans et depuis 2 ans je peux dire que j’ai complètement replongé dedans que ce soit pour le boulot ou pour le plaisir.

En m’y remettant j’ai remarqué que j’avais pas mal perdu ou plutôt que je n’était pas vraiment photographe si je puis dire, même si les bases technique étaient toujours là, j’ai du réapprendre à voir les choses, soigner les cadrages, savoir où me placer,…

Donc je dirais que ça fait 2 ans que je suis devenu photographe, les années antérieures étaient plus à mon sens l’acquisition de la pratique.

© Michel Verpoorten
© Michel Verpoorten

Quels sont les domaines dans lesquels tu t’es spécialisé et pourquoi ceux-ci?

Je n’ai pas de domaine en particulier, je dirais que pour le travail je suis plus un photographe de reportages/corporate avec aussi des petits shootings publicitaires que ce soit des photos de personnes ou de packshots, d’ambiance d’endroits, restos,… les reportages m’ont aussi amenés à réaliser aussi quelques mariages.

Ensuite au niveau personnel, je fais quelques photos de street ici en Belgique ou pendant mes vacances (la Thaïlande était un terrain de jeu magnifique pour ça !), un peu d’urbex et actuellement pas mal de photos de modèles, je me demande si ça n’en devient pas ma spécialité d’ailleurs.
Avec les modèles je réalise soit des shootings classiques soit avec un élément ajouté (voir mes séries Bloody Marie, Into the White, Michel’s Angels et Geekly sur mon site ou ma page facebook). Ces trois domaines me permettent de vraiment m’amuser, de shooter sans contrainte, je veux dire par là que je shoot et je montre ce que je veux, c’est ma propre vision, que ce soit en m’évadant dans la rue, pendant les explorations ou tout simplement en abordant le côté humain pendant un shooting modèle, ça me ravi et il n’y a rien de tel que de se faire plaisir !

© Michel Verpoorten
© Michel Verpoorten

Si s’était à refaire, ferais-tu les mêmes choix pour arriver là ou tu es en ce moment?

Oui clairement !

© Michel Verpoorten
© Michel Verpoorten

Pour terminer, pourrais tu nous dire ce qu’il y a dans ton sac photo?

J’ai 2 sacs photo :

Nikon D750, nikon 15mm fisheye, 17-35mm f/2.8, 24-70 f/2.8, 50mm f/1.4, 85mm f/1.8 et sigma 70-200mm f/2.8 (je ne prend jamais tout avec moi je vous rassure 🙂 )

Fuji XT-1, 35mm f/1.4, 18mm f/2.0, bague allonge Macro 11mm et bientôt le 90mm f/2.0 (il se fait trop attendre à mon goût !)

Mon sac photo varie selon ce que je dois shooter, en reportages et shootings publicitaires c’est le Nikon avec le fuji en second boitier pour les reportages et mariages, mais en photo de street, urbex là c’est mon Fuji. Pour les shootings modèles, selon le lieu ou le thème ou le rendu que je veux ce sera soit le Nikon soit le Fuji.

One thought on “Interview de Michel Verpoorten

Laisser un commentaire