Interview de Boris Verrechia

By Andy Costanza / On / In News

Un nouveau belge à l’honneur cette semaine, 16ème participants à m’avoir transmis sa photo pour le cadavre exquis 2015.

La liste des réservistes est toujours ouverte et vous pouvez toujours vous inscrire et tenter l’aventure avec nous en cas de désistement d’un des candidats. Ça se passe par ici

Tout d’abord, pourrais-tu te présenter? Qui es-tu et d’où viens-tu?

Je suis Boris Verrechia aka Leodium ([icon name=facebook-sign] | [icon name=twitter-sign]). J’ai 41 ans, un homme, 1m86 et 85 kgs. Quand je suis rasé, je fais gamin :p
Je suis instituteur primaire à Liège dont je suis originaire et j’habite à Braives (Hesbaye).

© Boris Verrechia
© Boris Verrechia

Quelle est ton parcours et comment es tu devenu photographe?

J’ai eu mon 1er appareil à moi vers 16 ans. Un Pentax ProgramA et un zoom de base… Avant, j’usais le pola de ma grand-mère :p J’ai eu une passe durant quelques années. Je faisais développer mes films et j’étais content. Des photos de famille ou de voyage mais rien de transcendant. Puis, petit à petit, il a pris la poussière. J’avais aussi un Nikon (mais je ne sais plus lequel et des objectifs… Le tout acheté dans les brocantes mais il restait aussi dans son sac)
En 2002, j’ai acheté un Minolta 7hi. C’était la naissance du numérique : 5mpx, 800 iso. Les photos couleurs étaient correctes et les n&b avaient un joli « grain numérique » :p De nouveau… Photo de famille, reportage sur des tournages faits par des amis, concert à 800iso galère.
Début avril 2012, je tombe sur le site de Effair… J’avais depuis deux ans un Nikon D90. Et là… REVELATION !!! Un projet 365 !!! Je l’ai tenu jusque fin aout… 5 mois. Puis j’ai repris l’école, les gamins, le même trajet, un autre projet en parallèle… Cette année scolaire 2013-2014, j’ai décidé de la centrer en terme de loisir sur la photo… J’ai donc pris part à un atelier mensuel dans ma région et j’ai rejoint un club.
Consécration début mars : Je suis repris dans un concours, une image affichée 1 mois sur une place de Huy !!! (celle tout en bas)

Expo à venir :

© Boris Verrechia
© Boris Verrechia

Quelles sont les domaines dans lesquelles tu t’es spécialisé et pourquoi ceux-ci?

Dans aucun en particulier… Mais j’avoue une préférence pour le 50/1.4 et le 35/2 (et les objo fixes en général). Par contre, j’ai un oeil en n&b. Il faut vraiment que je me force avec la couleur… D’ailleurs, les photos que je présente à l’expo du club sont un travail sur la couleur urbaine de nuit. Je reste dans mon idée du 365. Prendre en photo ce que j’ai sous les yeux et qui m’attire le regard…

© Boris Verrechia
© Boris Verrechia

Si s’était à refaire, ferais-tu les mêmes choix pour arriver là ou tu es en ce moment?

Je n’ai pas vraiment fait de choix mais je pense que je suivrais le même parcours.. Autodidacte. Et j’ai vraiment bien fait de participer au club et à l’atelier. Je suis du genre « photographe autiste mp3 dans les oreilles ». Cela permet de partager sa pratique, avoir un retour plus construit que « Waw… J’aime bien »…

Si je peux par contre donner un avis à ceux qui veulent se lancer dans la « photographie » dans son sens basique. Pensez votre image dès le départ. Ne vous dites pas que Photoshop fera ceci ou cela. Prenez votre temps… Une photo se cadre et se compose en une fois. Avant, on avait l’agrandisseur (ou Lightroom à notre époque) pour rattraper une exposition délicate ou des contrastes à améliorer. Mais de grâce, évitez de prendre une photo en ayant en tête… « Je vais virer cette poubelle avec Photoshop »… Non, déplacez-vous et trouver un cadrage qui vous satisfait sans cette poubelle…

Autre conseil, tester le 35mm (sur FF et APS-C) et le 50mm (sur FF). Ces focales fixes sont de vrais bonheurs. On peut jouer avec l’ouverture/pdc bien plus qu’avec le zoom de kit… Un tel objectif est toujours d’un excellent rapport qualité/prix…

© Boris Verrechia
© Boris Verrechia

Pour terminer, pourrais tu nous dire ce qu’il y a dans ton sac photo?

Pour l’instant, j’ai un Nikon F3 avec son 50/1.8 Ai … Un argentique… J’en ai plusieurs mais le pied, c’est un Mamiya 645 qui mange des bobines 120… En TriX@400, c’est le pied. On a les jolis gris de la TriX avec un grain plus fin puisque la pellicule plus grande à besoin de moins d’agrandissement… Mais bon… Ne me lance pas là dessus. Tu en aurais pour des heures… Je conseille vraiment à chacun d’aller acheter une bobine ou deux et de les mettre dans un appareil « d’avant ». Le clac du couple miroir/obturateur, le fait de devoir mieux sentir/saisir son image… Une vraie école de l’image à l’heure où beaucoup ont leur déclencheur sur « rafale de 5 im/s »

© Boris Verrechia
© Boris Verrechia

2 thoughts on “Interview de Boris Verrechia

Laisser un commentaire